Le droit de préemption urbain (DPU) est une procédure qui permet notamment à une personne publique d’acquérir en priorité, dans certaines zones préalablement définies par elle, un bien immobilier mis en vente par une personne physique ou morale, dans le but de réaliser des opérations d’aménagement urbain. Le propriétaire du bien n’est alors pas libre de vendre son bien à l’acquéreur de son choix et aux conditions qu’il souhaite. C’est le Conseil Municipal ou le Maire par délégation, ou encore la Métropole qui a le droit de préemption urbain. Le CGCT autorise le Conseil Municipal à déléguer certaines de ses attributions au profit du Maire qui pourra les exercer, pendant toute la durée de la mandature, en plus de ses prérogatives propres de chef de l’administration communale.

C’est à ce titre que le Conseil Municipal peut, par exemple, transférer au Maire sa compétence en matière d’exercice des droits de préemption définis par le Code de l’Urbanisme.
Art. L2122-22 du Code Général des Collectivités Territoriales (CGCT), Modifié par LOI n°2017-257 du 28 février 2017 – art. 74
Art L211-1 et suivants, R211-1 et suivants du Code de l’Urbanisme (CU)